L'oeil du tigre

Le retour des vacances et l’intensité

Je suis très fier de moi. J’ai terminé mes vacances sans prendre 1 seul kilo! Pourtant, je n’ai couru que 2 fois 5km durant toutes les vacances! J’ai bu du vin et de la bière et j’ai passé plus de temps sur la plage à lire qu’à bouger. Mon secret, je n’ai pas mangé!!! Je sais, c’est TOUT À FAIT contraire à une bonne hygiène de vie, encore plus pour un coureur. Mais vous savez quoi, j’avais BESOIN de vacances. Vacances de course, d’internet et Facebook. Vacances de projets, d’écriture et de tout ce qui entoure la course. J’avais besoin de lever le pied, parce que parfois, lorsqu’on a la pédale au fond et qu’on ne sait pas dans quelle direction aller, on peut simplement se perdre encore plus loin!

Durant les vacances, j’ai fait un bon bilan de ce que j’aime de la course, du sport en général et de ce qui me décrit en tant que sportif. Le premier mot qui m’est venu à l’esprit? INTENSITÉ. Je vous donne un exemple :

Nous sommes le dernier mercredi de mes vacances. Il est midi. Nous terminons le dîner et je déclare à ma gazelle : Chérie, cet après-midi, je vais écouter la télé. Elle me regarde comme si je lui avais annoncé que je prévoyais traverser l’océan à la nage la semaine prochaine! La télé un mercredi pm? J’ai vu l’inquiétude dans ces yeux… Il est vrai que mon abstinence de course la surprenait. Donc la télé en plus?

Je m’installe devant la télé, café à la main et j’écoute un documentaire sur le Cross fit, un sport qui allie cardio, haltérophilie, gymnastique, le tout le plus intensément possible. Il s’agissait de championnats. Quelques minutes après le documentaire, j’étais inscrit à un essai pour 1 cours de Cross fit à Trois-Rivières (la même journée) et je suis maintenant abonné. Pourquoi? Parc que ce sport est intense. Je suis retourné faire 5km dans le parc National de la Mauricie le lendemain, je l’ai fait le plus rapidement possible (intense).

J’ai compris que pour être heureux lorsque je fais du sport, je dois parfois être dans cette zone rouge. Vous savez, c’est libérateur de trouver sa voie! Je ne suis pas le plus rapide, ni le plus fort. Je n’ai jamais fait de podium de course et ne compte pas gagner des compétitions de Cross fit. Mais quand je suis dans la zone, quand j’ai l’œil du tigre, je suis bien. J’aime être courbaturé le matin quand je me réveille après un entraînement plus tough ou encore avoir mal à l’âme à la fin d’une longue épreuve. J’aime tester la limite. Non, je n’aime pas toujours tester la limite,  je crois cependant avoir besoin de le faire. J’aime voir que j’ai dégouté une flaque de transpiration au sol près de mon vélo de spinning tellement je me suis donné.

Besoin d’un doc?

Vous direz que je devrais me faire soigner! Vous direz qu’on ne peut pas toujours être intense dans ce que l’on fait? Peut-être. Mais je vous répondrai que les moments dans ma vie que j’ai trouvés les plus difficiles ou ennuyantes depuis les 25 dernières années, sont ceux où j’ai mis le pilote automatique et me suis laissé bercer par le temps. Mes moments les plus « obscurs » sont ceux pendant lesquels mon corps s’encrassait et mon esprit accumulait le stress de la vie sans pouvoir le laisser sortir. À chacun sa façon, le sport est la mienne! Je crois, du moins j’espère, que si j’allais voir un doc, il me dirait: si le sport t’aide à rester équilibré continue! L’équilibre est la clé!

J’adore participer à des évènements et faire des vidéos. J’adore parler avec les coureurs et les organisateurs, j’aime jouer au soccer pour le plaisir ou marcher avec un coureur qui traîne la patte. Par contre, lorsque j’enlève complètement la partie intensité de ma vie, il me manque quelque chose. J’aime souffrir? Peut-être! Suis-je le seul? Probablement pas.

Moi aussi j’ai besoin de mon petit jardin secret. Mais au lieu d’y avoir de la tisane et de la musique douce, il y a un vélo de spinning et du Skrillex (ce que vous écoutez cliquant ici).

Maintenant que les vacances sont terminés, j’ai quelques projets en vue et surtout, j’ai recommencé à suer! On se revoit bientôt et d’ici à, transpirez abondamment, ça fait du bien!

 

Share

Laisser un commentaire