sortez courir

7 raisons pour ne plus jamais courir un demi ou un marathon!

Ça y est, c’est terminé. Vous avez réalisé votre objectif qui était de franchir la barre du demi(21,1km) ou marathon(42,2km). En plus, vous l’avez fait devant de milliers de spectateurs, dans la capitale nationale : au marathon d’Ottawa! Rien de moins. Vous avez affiché sur les médias sociaux votre photo avant départ et votre photo avec la fameuse médaille. Vous avez mis une phrase qui résume votre état d’esprit, mis une photos de votre repas récompense du dimanche soir et affiché ou non votre temps, tout dépendant si vous avez atteint votre objectif (tout ça est normal, ne vous en faites pas).

Mais ce soir, 36 heures plus tard, vous êtes assis inconfortablement devant votre ordi. Vous regardez les milliers de photos et de post de coureurs, vous avez mal aux jambes, au genou, aux chevilles et au dos. Vous avez des ampoules, vous êtes peut-être irrités à des endroits qui ne voient jamais le soleil et vos mollets n’ont qu’une seule envie, vous faire subir des crampes à répétitions.

Vous avez peut-être même mal à l’égo et à l’orgueil.

Votre journée s’est déroulée sur un nuage tantôt blanc, tantôt gris, déchirée entre les compliments faits par votre entourage et la douleur dans vos cuisses lorsque vous montez les escaliers. Et là, ce soir, devant votre ordi, vous vous dites : voici les 7 raisons pour lesquelles je ne courrai jamais plus cette distance

1.Les coûts associés à cette fameuse journée sont énormes.

C’est vrai! L’inscription, le logement, le transport, la nourriture, le stationnement…200$ ? 300? 500? Pour 2 jours? C’est cher!!! Mais soyons honnêtes, vous auriez fait quoi avec cet argent? Vous l’auriez mis dans vos REER? Vraiment?

2. Les heures d’entraînements pour réaliser cette distance sont beaucoup trop élevées.

C’est aussi vrai! Combien d’heure par semaine? Vous avez probablement couru entre 5 et 10 heures par semaine au maximum (sur un total de 168 heures dans une semaine donc entre 2% et 6% du total des heures disponibles). Vous l’avez possiblement fait avec vos amis ou votre conjoint(e) ou en avez profité pour avoir un petit moment seul. Mais c’est vrai que c’est beaucoup mieux d’écouter la télé en mangeant des chips!

3. Ils ont tous fait mieux que vous.

Avouez-le, vous êtes allez voir les résultats des gens que vous connaissez et à votre grand malheur, ils ont été plus rapides. Déception. Vous vous dites qu’en plus, ils ont probablement fait la même chose et qu’ils ont vu votre temps cauchemardesque. Heille!!! C’est dans votre tête!!! Le plus lent est toujours plus rapide que celui qui n’est pas parti! En plus, pour être très honnête, la seule personne qui attache vraiment de l’importance à ce temps de course, c’est vous! Y a-t-il vraiment quelqu’un qui va venir vous narguer avec son temps qui est meilleur que le votre? Si cela arrive, il y a un doigt en particulier que vous pouvez utiliser comme réponse à ce désagréable personnage! N’oubliez pas que vous l’avez gagné cette médaille!

4.Vous avez été obligés de marcher.

La honte!!! Vous avez marché quelques mètres ou même 1 ou 2 km sur un total 21km ou 42km. Misère… Avez-vous déjà réalisé que les seules personnes qui vous demandent si vous avez marché lors d’une course, ce sont justement les gens qui n’ont jamais couru une telle distance? On jase : si vous courez 21,1km et que votre enjambée moyenne est de 1.5 mètres, cela fait environ 14 000 pas. 14 000 pas en 2h!!! C’est possible que vous ayez le goût de prendre une petite pause et de marcher un peu! N’oubliez pas de multiplier par 2 pour un marathon. Personne ne l’avouera, mais la grande majorité des coureurs ont déjà marché un peu sur de telles distances.

5.Il n’y a rien de plus désagréable que de frapper le mur.

On explique cette sensation par une grande fatigue mélangée l’épuisement des réserves de glycogène. Je simplifie, mais en résumé, vous avez manqué de gaz. Vous voulez arrêter, les jambes sont lourdes, la tête ne veut plus, et vous avez encore le ¼ de la distance à faire. BEURK… C’est bien vrai que cette sensation est terrible! Mais attention, combien de temps dure t’elle? Vous franchissez le fil d’arrivée et avez déjà oubliez cet état. Avouez-le!

6.Le lendemain d’un 21,1 ou d’un 42,2 est une torture.

Se lever, s’habiller, descendre les escaliers, se rendre au travail…Tout est douloureux et relève de l’exploit. Vous espérez de tout cœur que vos enfants ne vous demandent surtout pas de jouer au soccer avec eux après l’école! Vous devez avoir l’air cool, marcher comme un athlète, mais si on vous offrait de rester à la maison toute la journée, « effouaré » sur votre divan, vous seriez heureux! Et cela dure une éternité…entre 2 et 3 jours et après vous sortez faire un petit jog pour vous dégourdir…

7.Vous n’avez aucune idée pourquoi vous avez fait une telle épreuve!

Vous avez débuté la course pour vous mettre en forme, perdre les livres en trop et avoir une meilleure qualité de vie. Alors pourquoi se donner toute cette peine? Pourquoi faire attention à son alimentation? Pourquoi s’entraîner quotidiennement ou de façon régulière? Pourquoi dépenser son argent dans des souliers de courses au lieu d’une sacoche ou d’un nouveau téléphone intelligent? Pourquoi se discipliner sur les heures de sommeil ou se lever le dimanche matin pour la longue sortie au lieu d’écouter un film au lit. Pourquoi se fixer un objectif, vouloir l’atteindre et réussir…Aucun idée…

 

En résumé, soyez fiers de vous, de votre résultat mais aussi de tous les efforts que vous avez du faire pour y arriver. Continuez de mettre vos photos sur les médias sociaux et parlez de votre réalisation. Parce qu’avant cette course, il y a des centaines d’heures de préparation et vous les avez faites. Le commun des mortels l’oublie, mais vous, vous le savez.

Le voyage est souvent aussi intéressant que la destination et voilà pourquoi je vous prédis que sous peu, vous vous surprendrez à fouiner sur internet pour trouver votre prochaine course!

Bravo à vous tous!

Share

Laisser un commentaire